L'opposé de notre identique peut-il aussi être l'opposé de notre opposé ?...tout dépend de celui qui définira ce qu'est un opposé

Publié le par Anthony Tolmann

J’ai eu ce message perso sur MSN, et j’aimerais l’expliquer.

Pour commencer, il est bon de vous montrer comment je l’ai fais.

Je suis parti de la forme: des mots qui avaient un sens par débit inconscient me sont venus, et j’ai ensuite cherché une signification consciente à ce qui me venait. J’ai donc modulé la phrase pour qu’elle soit compréhensible, car partant de la forme, c’est une sorte d’abstrait dans l’abstrait pour une phrase de ce type.

Donc, j’en viens au contenu de la phrase et à son sens (si, si, elle en a un)…

Oublions «de notre identique », ce n’est qu’un détour qui embrouille l’esprit.

La question, posée plus simplement donnerait cela « peut-on avoir 2 opposés ? » (je précise que je me base sur l’ensemble de ce qui fait une personne (psychique, physique…) quand j’emploi le terme d’« opposé »).

Mais, elle induit encore une autre question « est-ce qu’un opposé à ma personne, peut lui-même être opposé à une personne, qui elle aussi est mon opposé  ? ».

Vous vous apercevez donc que la forme incompréhensible de ma phrase révèle ensuite un rapport qu’on peut tourner dans plein de sens entre chaque partie qu’elle exprime.

Encore une autre possibilité, exemple: « est-ce que celui qui est opposé à mon double (identique) et donc à moi aussi, pourra être opposé à l’opposé de mon double ? ».

La réponse est donc « tout dépend de celui qui définira ce qu’est un opposé » car si on peut avoir 2 opposés, cela ne sera pas vrai pour la même personne, car le mot « opposé » porte un sens d’opposé total, pas de « grandement différent » et cela ne se juge qu’au regard de différentes personne ou selon un contexte, une humeur.

J’ai toujours été très mauvais en maths, et pourtant, je crois que c’est un raisonnement mathématique, comme quoi l’école n’est finalement en rien révélatrice…

Publié dans Texte

Commenter cet article

Phil 16/07/2008 10:48

Bonjour jeune padawan. C'est très bien de faire de la philosophie à ton âge : on peur le faire simplement si l'on parvient à exprimer ses idées de façon claires et concises. Il n'y a de contraires qu'en logique formelle justement. Pour ce qui est des personnes, la vision que tu en as n'est relative qu'à toi même, donc différente, donc incertaine. Tu peux établir des catégories en matières de psychologie ou définir la nature humaine par la constatation de généralité anthropométriques.

Anthony Tolmann 16/07/2008 21:36



Excellent commentaire Phil !
Sur tout ce que tu viens de dire (il n'y a de contraire qu'en logique formelle, mettre des personnes dans des catégorie en psychologie mais tout en sachant qu'il y a des nuances en vérité
général mais aussi selon notre vision psychologique des autres....).
Je te remercie et j'espère te retrouve sur mon blog car ce sont des lecteurs comme toi que j'apprécie.